L’origine du taekwondo

Le taekwondo provient de la Corée et signifie étymologiquement “la voie du pieds et du poing”. Les origines de cette discipline remontent au royaume Koguryo et aux arts martiaux utilisés comme sport ou encore comme technique d’autodéfense au cours de cette ère. Il a beaucoup évolué dans le temps pour devenir la discipline qu’il est devenu aujourd’hui.

Du IVe siècle à la colonisation nippone

La présence d’arts martiaux similaires au taekwondo contemporain remonte au IVe siècle, à l’époque du roi de Silla en Corée. À cette époque, plusieurs sortes d’arts martiaux étaient pratiqués. Ces arts martiaux avaient atteint leur apogée sous le règne du roi de Silla. Ce dernier unifia les trois anciens royaumes, celui de Silla, de Kogoryu et de Paekche grâce aux Hwarangs, créant un corps d’élite dévoué corps et âme à son royaume qui a développé une pratique martiale très particulière, “le Hwarangdo”. Elle est devenu la base des arts martiaux des forces de sécurité nationale durant des années.

L’art martial coréen gagna en popularité durant le règne de la dynastie Koryo qui prit fin vers 1392. Il a ensuite connu une époque de décadence jusqu’à 1910, période gouvernée par la dynastie Chosun qui accordait plus de préférence à la plume qu’à l’épée. Mais un des rois de cette période, Chong-jo eut un intérêt pour les arts martiaux. Il ordonna alors, en 1790, l’élaboration d’un ouvrage officiel récapitulant tous les arts martiaux coréens. Un chapitre de cette œuvre sert encore aujourd’hui de référence pour l’entraînement au Taekwondo.

La naissance du taekwondo

L’occupation de la Corée par le Japon fut l’époque la plus dure pour les arts martiaux coréens. Durant cette période, les Japonais ont interdit toute activité culturelle de provenance coréenne, y compris les arts martiaux coréens. Mais cela n’a pas empêché certains Coréens de pratiquer leur art secrètement. C’est justement les maîtres de ces disciplines qui créèrent le taekwondo après la libération de la Corée.