Taekwondo : une histoire ancienne

En remontant l’historique du Taekwondo, force est de constater que l’on trouve deux fédérations. Et par là, jaillit l’épineuse question de l’existence de deux styles de Taekwondo. Pour mieux cerner cette différenciation, il est vivement recommandé de revisiter l’historique du Taekwondo.

En effet, le Taekwondo est un art martial qui est basé sur une tradition antique et qui est passé par des écoles telles que Gweonbeop, Subakhi, Bikaksul, Subyok ou encore Taekkyeon. L’origine de cette discipline se résume sans doute sur l’histoire orale de la Corée du Sud et surtout sur la fameuse époque des 3 royaumes.

De plus, il faut relever que le Taekwondo a été créé en 1955 après un travail acharné visant à regrouper les différentes écoles existant en Corée du Sud. Tout avait commencé avec les techniques de jambes. Seulement le contact entre Choi et le maître de karaté Funakoshi a bouleversé la donne. En rentrant dans son pays natal, Choi Hong Hi a cherché à développer d’autres techniques de combat en combinant arts martiaux coréens et karaté japonais.

Après le 11 avril 1955, il y a eu une véritable révolution du taekwondo. L’on avait alors noté une constitution tous azimuts des équipes de démonstrations. Leur objectif principal était de vulgariser cet art martial grâce aux multiples tournées effectuées à travers le monde. Les premiers pays à découvrir le taekwondo ont été le Vietnam et la Taïwan. Et c’est en 1966 que l’ITF (Fédération Internationale de Taekwondo) a été formée à Séoul. Au sein de cette fédération, l’on retrouvait les pays suivants : Corée, Singapour, Émirats Arabes Unis, Italie, USA, Malaisie, Turquie, Allemagne de l’Ouest, Vietnam.

Par ailleurs, la WTF (Fédération Mondiale de Taekwondo) a été créée en 1973 sur impulsion du gouvernement coréen à la suite d’un malentendu avec Choi. Ce dernier avait alors transféré le siège de l’ITF au Canada et plus précisément à Toronto.